Malte

ELEMENTS DE CONTEXTE

HISTOIRE

DEMOGRAPHIE

CONTEXTE SOCIO-ECONOMIQUE

L’HABITAT

HISTOIRE DES VILLES – PATRIMOINE

HABITAT URBAIN

HABITAT RURAL

Aspects légaux

DROIT AU LOGEMENT

EXPULSIONS FORCEES

DROIT FONCIER

ACCAPAREMENT DES TERRES

PRATIQUES INTERESSANTES

Aspects sociaux et économiques

MARCHE DU LOGEMENT

Selon l’INSEE, en 2007, 77% des ménages maltes étaient propriétaires de leur logement (moyenne européenne = 65%).

QUALITE DES LOGEMENTS

HABITAT INFORMEL / BIDONVILLE / SANS-ABRI

ROLE DES POUVOIRS PUBLICS

LOGEMENT PUBLIC

Définition et situation en 2012

La politique du logement social à Malte encourage fortement l’accession à la propriété. En conséquence, il faut distinguer entre le logement à prix abordable (généralement en vente, plus récemment en co-propriété) pour des classes moyennes et le logement social (à louer) pour les plus nécessiteux. En conséquence, le terme ‘logement social’ désigne la fourniture de logement et l’aide au logement à des ménages particulièrement défavorisés, généralement sur la base d’une location. Le logement social à louer est représenté par des résidences possédées par le Gouvernement et constitue 6% du parc total. Dans le cadre du programme « Prêt-A-l’Achat » (Right-to-Buy = le droit d’acquérir), les locataires des immeubles du Gouvernement ont la possibilité de devenir propriétaires de l’appartement qu’ils occupent. Depuis 2005, il existe également un régime de copropriété.

Comment ça fonctionne ?

La création de la Housing Authority (Autorité du Logement) en 1976 est la pierre angulaire de la politique du logement social à Malte et a donné naissance à des projets visant à améliorer la situation du logement des groupes à très bas revenus et à promouvoir l’accession à la propriété. Le département du logement social du Ministère de la Famille et de la Solidarité gère certaines propriétés appartenant à des propriétaires privés dont les propriétés immobilières ont été réquisitionnées et louées sous un régime de régulation des loyers (remontant à 1939) et loue également des logements construits par l’Autorité du Logement.

L’inscription sur des listes d’attente (gérées par le Département du Logement Social) est basée sur des plafonds de revenus. De plus, la priorité est donnée à des groupes cibles particuliers en fonction de leurs conditions de logement. Par le passé, les logements alloués n’étaient réservés qu’aux personnes figurant sur la liste d’attente du département du logement social. L’Autorité favorise maintenant une mixité d’occupation lorsqu’elle attribue des logements. C’est ainsi que ces logements sont vendus à des personnes bénéficiant de la Copropriété et certains sont attribués en location par le Département et d’autres réservés pour les personnes âgées, et enfin à des groupes ayant des besoins spécifiques. De cette manière, l’Autorité de Logement empêche la création de quartiers sordides.

Source : Rapport CECODHAS 2012 (1)

Selon le réseau de la FEANTSA, il semble que le gouvernement ne tienne pas ses promesses en terme d’investissement dans le logement social.

Aspects culturel – religieux – symbolique

Aspects écologiques

Bibliographie & Sitographie

SELON LES MOUVEMENTS SOCIAUX : PROBLEMES ET RECOMMANDATIONS

Problèmes majeurs :

Recommandations ou Propositions :

Liste non exhaustive de mouvements sociaux actifs :

  • YMCA VALETTE = mouvement volontaire et oecuménique fondé en 1976 dans le cadre du réseau international YMCA. Ils s’occupent plus spécifiquement des jeunes et des sans-abri, dans leur besoin tout à la fois d’un abri et d’un soutien affectif. leur approche est holistique, afin de rencontrer les personne dans toutes leurs dimensions. Leurs actions consistent à proposer aux personnes de développer leurs capacités et talents, de leur fournir informations et acquisition de compétences pour qu’elles puissent promouvoir leurs choix, de promouvoir leur participation dans les solutions proposées. Un abri de nuit leur est proposé ainsi qu’une aide 24H sur 24. Site Internet de YMCALes contacter.

Vous aimerez aussi...