Madagascar

ELEMENTS DE CONTEXTE

HISTOIRE

DEMOGRAPHIE

CONTEXTE SOCIO-ECONOMIQUE

Madagascar est sujette aux cyclones tropicaux et aux pluies torrentielles qui les accompagnent ces dernières années. Ainsi des milliers de personnes sont sans abri. Le déficit en logement décent est estimé à plus de 2 millions d’unités. (1)

Madagascar est le pays fort pauvre. 75 pour cent de la population vit dans les zones rurales et ils sont agriculteurs. Toutefois, le taux d’urbanisation est de 29 pour cent, ce qui est très élevé et signifie qu’il y a de nombreux bidonvilles aux conditions précaires de logement dans les zones urbaines. Plus de la moitié de la population n’a pas accès à l’eau potable, et 87 pour cent n’a pas d’installations sanitaires adéquates. Ceci est un problème croissant dans les zones urbaines où la population augmente très rapidement. (1)

Les familles gagnent ce qu’ils peuvent grâce à l’agriculture familiale, la menuiserie, l’artisanat et la broderie. Cependant, avec leurs faibles revenus, la plupart des habitants ne possèdent pas de terre ou n’ont pas accès au crédit auprès d’institutions financières traditionnelles. Leurs maisons sont généralement des cabanes faites de boue compactée et avec des toits de chaume mal attachés, qui protègent peu ou pas des maladies, des vols qualifiés et des cyclones. (1)

L’HABITAT

HISTOIRE DES VILLES – PATRIMOINE

HABITAT URBAIN

HABITAT RURAL

Aspects légaux

DROIT AU LOGEMENT

EXPULSIONS FORCEES

DROIT FONCIER

ACCAPAREMENT DES TERRES

L’exemple de Madagascar, celui par lequel la perception suraiguë du land grabbing s’est imposée à partir de 2008, est en effet troublant. Il y a quatre ans, on parlait avec une certaine dramatisation de plus d’un million et demi d’hectares accaparés ou risquant de l’être (1,3 pour Daewoo et 0,4 pour Varun). Ensuite, devant l’annulation de ces projets, on a eu tendance à reconnaître qu’on s’était alarmé pour rien et que l’estimation des concessions de terres dans ce pays s’était totalement ou assez largement effondrée. Or, toujours pour Madagascar, la valse des chiffres recommence et des estimations de 2012 nous font repartir cette fois à la hausse, d’abord modérément avec la liste de Grain de début 2012, puis de façon vertigineuse avec les estimations du Land Matrix (observatoire mondial de l’accaparement de terres) (2)

Il existe à Madagascar un observatoire du foncier : http://www.observatoire-foncier.mg/

PRATIQUES INTERESSANTES

  • BUDGET PARTICIPATIF : Ampasy Nahampoana est une petite municipalité de moins de 10000, situé à la périphérie du port de Tolanaro (Fort Dauphin). PB a commencé il ya en 2008, directement liée à des débats autour de l’utilisation des redevances minières versées par Rio Tinto pour son exploitation des mines locales. L’un de ses aspects singuliers est la priorité donnée aux activités de développement économique et de génération de revenus locaux. Pour en savoir plus sur le concept de le budget participatif ou lire le rapport à ce sujet auprès Prof. Y Cabannes (IIED 2014): http://pubs.iied.org/pdfs/10713IIED.pdf

Aspects sociaux et économiques

MARCHE DU LOGEMENT

QUALITE DES LOGEMENTS

HABITAT INFORMEL / BIDONVILLE / SANS-ABRI

ROLE DES POUVOIRS PUBLICS

Aspects culturel – religieux – symbolique

Aspects écologiques

Bibliographie & Sitographie

PROBLEMES MAJEURS SELON LA SOCIETE CIVILE :

REVENDICATIONS MAJEURES DE LA SOCIETE CIVILE :

QUELQUES ACTEURS DE LA SOCIETE CIVILE :

  • HABITAT FOR HUMANITY MADAGASCAR = Habitat Madagascar est en train de construire des maisons à l’Est, le centre, l’Ouest, le Sud et dans les régions du Nord-Ouest des Highlands. La plupart des projets en cours se situent dans des zones rurales ou péri-urbaines, mais l’amélioration des taudis urbains a commencé à être un élément clé du programme. Le premier projet urbain a été lancé dans la municipalité de Moramanga en 2008 et en 2009, un projet de rénovation urbaine a commencé dans la ville de Toliara, dans le sud du pays. WebsiteLes contacter
  • GRET MADAGASCAR = association sans but lucratif qui travaille en réseau international et regroupe les professionnels du développement solidaire. A Madagascar, ils mènent entre autres des projets sur la micro-finance et les micro-entreprises rurales – la préservation de la santé, notamment via l’accès à une eau assainie. Représentation à Madagascar : Site InternetLes contacter.

Vous aimerez aussi...