Djibouti

ELEMENTS DE CONTEXTE

HISTOIRE

DEMOGRAPHIE

La République de Djibouti connaît un taux d’urbanisation considérable, avec 75 à 80% des habitants qui résident dans les villes. Ce pays connaît depuis 1977 une immigration intense et une sédentarisation massive de pasteurs nomades ou transhumants. En provenance de toutes la région (Ethiopie, Erythrée, Somalie), cette immigration est quasi-exclusivement drainée par la capitale qui accueille près de 10.000 nouveaux habitants chaque année ! (2)

CONTEXTE SOCIO-ECONOMIQUE

L’HABITAT

HISTOIRE DES VILLES – PATRIMOINE

HABITAT TRADITIONNEL

Au pied du massif de Moussa Ali, à la frontière entre l’Ethiopie et l’Erythrée, les locaux vivent dans des habitations faites de peaux de bête tendues sur un cadre de bois. ces habitations sont facilement démontables et transposables à dos de dromadaires. de plus, elles protègent relativement bien de la chaleur que les nomades de la région utilisent beaucoup. Ce type d’habitation permet de déménager assez souvent. On trouve ce type d’habitat un peu partout sur ce territoire écrasé de chaleur. (1)

HABITAT URBAIN

dans les quartiers périphériques de la ville de Djibouti où ont abouti les pasteurs sinistrés, l’habitat se caractérise par une physionomie uniforme, l’association de matériaux de récupération tels que le bidon enroulé, la planche en bois et la tôle ondulée. En République de Djibouti, l’habitat traditionnel n’a pas survécu à la sédentarisation des nomades. Mais la raison véritable, quasi-inconsciente de ce changement d’habitat semble être la suivante. En renonçant à transposer en milieu urbain leur habitat traditionnel, les pasteurs afar et somali sembler accepter de fait leur sédentarisation et leur changement de mode de vie. (2)

HABITAT RURAL

Aspects légaux

DROIT AU LOGEMENT

Selon le décret du 8 septembre 1925, article 15, “dans les localités où l’administration n’a pas encore procédé au lotissement, le gouvernement peut délivrer sur proposition du chef du District à toute personne qui en fait la demande, un permis autorisant l’occupation immédiate et provisoire d’un terrain aux risques et périls du demandeur qui n’est autorisé à y édifier que des constructions facilement démontables.”

En milieu rural, les pasteurs somali n’installent jamais de campement sur les trois types de sites suivants :

  • Le chemin de Dieu (un en droit avec des risques naturels) ;
  • Le chemin du diable (Route que risque d’emprunter l’ennemi) ;
  • Le chemin de l’homme (route très fréquentée). (2)

EXPULSIONS FORCEES

DROIT FONCIER

ACCAPAREMENT DES TERRES

PRATIQUES INTERESSANTES

Aspects sociaux et économiques

MARCHE DU LOGEMENT

QUALITE DES LOGEMENTS

HABITAT INFORMEL / BIDONVILLE / SANS-ABRI

ROLE DES POUVOIRS PUBLICS

Aspects culturel – religieux – symbolique

Aspects écologiques

Bibliographie & Sitographie

  1. Photo d’Afrique – habitat local à Djibouti
  2. Habitat temporaire en République de Djibouti, Amina Saïd Chire, 2001 – Télécharger l’étude

PROBLEMES MAJEURS SELON LA SOCIETE CIVILE :

REVENDICATIONS MAJEURES DE LA SOCIETE CIVILE :

QUELQUES ACTEURS DE LA SOCIETE CIVILE :

Vous aimerez aussi...