Corée du Sud

URBANISATION

Histoire des Villes – Patrimoine

La Corée est l’un des pays les plus développés d’Asie, mais dans ces villes, le terme « développement » signifie démolir les logements abordables qui existent déjà, expulser les pauvres locataires et céder les terres aux grands entrepreneurs pour les réaménager en immeubles de grande hauteur, – des autoroutes qui zooment entre elles. C’est la politique gouvernementale, et chaque zone urbaine peut être démolie et reconstruite de cette façon – même les vieux quartiers sympas qui n’ont rien à voir avec eux. Tout ce réaménagement a généré un PIB élevé. Les plus pauvres souffrent vraiment, parce que ces nouveaux blocs de copropriété sont beaucoup trop chers pour les locataires pauvres et à faible revenu qui y vivaient. Certains arrivent à s’installer dans des logements locatifs publics, mais un nombre croissant de locataires pauvres expulsés des zones de réaménagement finissent par vivre dans des zones à logements surpeuplés, éloignées du centre ou en en deçà des normes. Ils peuvent aussi construire leurs propres habitations dans des bidonvilles avec des matériaux fragiles et inflammables : ce sont des habitats informels appelés « vinyl house ». (1)

vinyl-house-settlementsHabitat Urbain

Habitat Rural

ASPECTS LEGAUX

Droit au Logement

La Constitution sud-coréenne garantit en principe le droit à la propriété et au logement de chaque citoyen:

Article 14 – Article 16 – Article 23, paragraphe 1. Toutefois, le droit de propriété peut être circonscrit lorsqu’il est déterminé qu’il s’agit d’une question de nécessité publique (Restrictions constitutionnelles: «Article 23, paragraphe 3»).

Le point de vue des mouvements sociaux : «Le problème est qu’il est trop facile d’être reconnu comme le cas de la« nécessité publique ». Non seulement les projets nationaux mais aussi les projets de développement issus du secteur privé peuvent être reconnus comme une nécessité publique».

Expulsions Forcées

Lorsque les énormes expulsions se sont déroulées à Séoul, à l’époque des Jeux olympiques de 1988, la crise a galvanisé le mouvement coréen du droit au logement, a suscité le soutien de sympathisants et de professionnels de toute l’Asie et a mené à la naissance de la coalition ACHR (Asian Coalition for Housing Rights). La lutte contre ces expulsions a entraîné des changements positifs pour les citoyens coréens les plus pauvres – en particulier le droit des locataires pauvres dans les quartiers en cours de «réaménagement» afin d’être réinstallés dans des logements locatifs subventionnés dans la même région. Vingt ans plus tard et après la montée de la Corée au rang des économies les plus puissantes d’Asie, nous nous attendions tous à ce que les choses se soient rétablies à Séoul. En fait, le processus de «réaménagement» à Séoul n’est pas seulement en cours, mais il s’accélère. En 2011, une cinquantaine de quartiers étaient en train d’être « arrachés » par des bulldozers, pour être remplacés par des immeubles « brillants » en copropriété et à prix élevé et par des boulevards à 8 voies. (1)

Seoul : Hanwha Buildings & Samsung Town & Yeouido Parc

OUTILS INTERESSANTS

Droit Foncier

Accaparement des Terres

Comment le gouvernement peut-il spolier un village ?

Projet national: projet de sécurité nationale, projet gouvernemental et projet privé reconnu (2):

  • Étape 1 : consultation d’expropriation : les propriétaires fonciers doivent vendre des terres au prix fixé par le projet lui-même.
  • Étape 2 : les décisions sur l’expropriation et les objections : dans les cas où il y a une objection à l’expropriation de la proposition de terre (étape 2), il est renégocié. Cependant, le projet lui-même ne peut pas être contesté, mais plutôt le montant de la compensation qui peut être renégociée.
  • Étape 3 : Litige administratif : s’il y a objection à la décision d’expropriation (étape 2), il s’agit d’un litige administratif, mais à ce stade, il ne peut y avoir de négociation sur d’autres décisions que le montant (comme de rediscuter le refus d’expropriation). Dans les cas où le propriétaire foncier refuse jusqu’à la fin, le montant de la compensation sera déposé et le projet se poursuivra par la force. Enfin, il y aura une expulsion forcée du propriétaire foncier ou du locataire qui résiste jusqu’à la fin. Ils seront expulsés par la force.

OUTILS INTERESSANTS

Groupes Vulnérables

  • Personnes âgées
  • Jeunes
  • Femmes

Pratiques Intéressantes

  • PROJET ACCA : Les projets ACCA en Corée du Sud, mis en œuvre par l’ONG Asian Bridge, basée à Séoul, ont été utilisés pour étudier et rassembler ces communautés informelles de maisons en vinyle, les aider à construire un réseau, à commencer l’épargne. Ces projets et utilisent le «pouvoir du groupe» pour commencer à chercher leurs propres solutions aux graves problèmes de terre, de logement et d’infrastructure auxquels ils font face. Ces communautés de maisons en vinyle ont utilisé les fonds de petits projets de l’ACCA pour installer des canalisations et des conduites d’eau, installer des chemins, installer des chaudières à briquettes pour le chauffage, réparer les maisons endommagées par les inondations et construire des centres communautaires et des stations de recyclage dans leurs collectivités. Les communautés ont également participé à des visites d’échanges internationaux dans d’autres pays asiatiques, dans le cadre du processus ACHR / ACCA, où elles ont appris davantage l’importance de l’épargne communautaire et le potentiel même pour les communautés les plus pauvres et marginalisées d’apporter des changements. Son rêve est de finir par construire leur propre logement, plutôt que de se déplacer dans des unités en forme de boîte dans les blocs d’immeubles de gratte-ciel sans visage qui sont de plus en plus la forme que prend les logements locatifs publics et le marché du logement en Corée. Mais le prix astronomique de la terre est un obstacle majeur, et peu de gens veulent se déplacer vers des sites éloignés loin de la ville, où la terre pourrait être plus abordable. Au cours des cinq dernières années, le réseau de maisons en vinyle a cherché des façons d’utiliser stratégiquement les fonds de gros projets de l’ACCA pour mettre en place un fonds de prêts renouvelables pour améliorer leurs maisons existantes ou pour utiliser d’autres sources de financement afin de financer une sorte de fonds communautaires. Mais aucune de ces possibilités n’a encore été réalisée. (1)

  • NOUVEAU MODÈLE DE COOPÉRATIVES : L’une des avancées les plus intéressantes en matière de politiques en Corée a récemment été l’élimination et le dépoussiérage de l’ancien modèle coopératif pour ajouter une nouvelle option à but non lucratif pour permettre aux individus de louer ou de développer un logement abordable en tant que groupe, ce qu’ils ne pouvaient pas faire auparavant en tant qu’individus. Les lois sur le logement locatif ont été révisées et il sera bientôt possible pour les groupes de personnes ayant besoin d’un logement de s’inscrire en tant que coopératives et de demander au gouvernement des prêts et subventions pour le logement (qui ne s’adressent généralement qu’aux grands promoteurs qui construisent les blocs de logements publics de grande hauteur en Corée) pour les aider à concevoir et à développer de nouvelles formes de logements abordables pour leurs membres. En vertu de ces nouvelles lois, ce logement (ou le terrain sur lequel il se trouve) pourrait appartenir à la coopérative ou être loué au gouvernement par des coopératives, à des taux de logement social subventionnés. Un des premiers groupes à saisir cette opportunité a été le réseau de vinyle À Séoul, à Gwacheon et à Busan, qui s’est réuni pour la première fois dans le cadre du processus ACCA. En 2013, avec le soutien du KCHR (Korean Coalition for Housing Rights) et du Asian Bridge, ils se sont enregistrés légalement comme la Coopérative de logement Ssi-Al. Ssi-Al est un mot dans la langue Hangeul indigène qui décrit le genre de paix et d’amour qui traite toutes les personnes également : pour une coopérative détenue en commun, contrôlée démocratiquement et fournissant des logements décents et abordables à ses membres à faible revenu. Jusqu’à présent, 130 familles se sont jointes à la coopérative, et elles sont déjà à la recherche de terrains publics possibles pour louer à bas prix pour leur premier projet de logement, très inspiré par les projets de logement communautaire qu’ils ont visité dans d’autres pays asiatiques lors de réunions et événements. Mais le logement n’est pas la seule chose qu’une coopérative peut viser, et la Coopérative Ssi-Al a déjà lancé une entreprise communautaire de culture de légumes à Séoul et a ouvert son propre café dans une communauté de maisons en vinyle à Busan. (1)

gwacheon-city-goolbeol-community

ASPECTS SOCIAUX ET ECONOMIQUES

Marché du Logement

Qualité du Logement

Habitat informel / Bidonville / Sans-abri

Près de 50 000 ménages vivent dans ces communautés informelles en Corée, construites sur des morceaux restants de terres publiques et privées, sur des zones à faible altitude et inondables. Seulement 40% des maisons dans ces établissements ont des toilettes, et beaucoup sont vulnérables aux inondations et aux feux et mal protégés contre les hivers rigoureux de la Corée. (1)

Il y a 38 communautés informelles de «maisons de vinyle» à Séoul, où vivent plus de 10 000 ménages. Au cours des cinq dernières années, plusieurs de ces communautés ont formé un réseau, créé des groupes d’épargne, mis en œuvre de petits projets de modernisation soutenus par l’ACCA et fait du lobbying pour obtenir des cartes d’identité. Mais comment obtenir une terre et un logement sûrs a été la grande question personne ne sait comment aborder – même après Séoul a obtenu un nouveau maire progressiste qui a activement soutenu le logement coopératif comme une alternative à la longue tradition de la ville de réaménagement du quartier entrepreneur ou sans visage et coûteux Logements locatifs publics dans des tours.

En novembre 2012, le CAN, La Coalition ACHR et le Asian Bridge ont organisé conjointement un atelier à Séoul pour aider les membres de la communauté de trois établissements de maisons en vinyle à faire un remue-méninges sur les possibilités de logements alternatifs. Au cours de l’atelier de quatre jours, un groupe d’architectes coréens, thaïlandais et japonais a travaillé avec les gens de ces communautés pour étudier les stratégies possibles pour sécuriser leurs terres (comme la location ou l’achat de terres auprès du gouvernement ou de propriétaires fonciers privés) Financement pour développer leur propre coopérative de logement, puis explorer différentes options de conception et de planification de logements pour ce nouveau type de logement social (y compris les immeubles en rangée au rez-de-chaussée ainsi que les immeubles d’appartements de faible hauteur). (1)

seoul-jeonwon-communityseoul-sujeong-community

ROLE DES POUVOIRS PUBLICS

Logement social

ASPECTS ECOLOGIQUES

Bibliographie & Sitographie

  1. Asian Coalition for Housing Rights : http://www.achr.net/countries-de.php?ic=5
  2. Source : 江汀村海軍基地反對對策委員會 – Strategic Committee of Anti-introduction of Naval Base for Gangjeong Village

SELON LES MOUVEMENTS SOCIAUX

Problèmes Majeurs

capture-decran-2016-09-28-a-08-56-11

Revendications ou Recommandations

L’Atelier des Villes Inclusives s’est déroulé à Séoul le 10 août 2012 sous la forme d’une collaboration entre le CADH, Citynet, le Asian Bridge, le gouvernement métropolitain de Séoul et le réseau des communautés de «maisons de vinyle» à Séoul. (1) Leurs demandes sont:

  1. Enquête sur tous les pauvres urbains qui ne peuvent pas se permettre ou ne veulent pas vivre dans les logements locatifs publics, y compris les communautés de maisons de vinyle et les locataires de la salle «jokbang».
  2. Développer davantage de nouvelles formes d’offre de logements (tels que des logements conçus par la communauté, des logements coopératifs et l’amélioration sur place des établissements informels) afin de toucher des groupes plus particuliers tels que ces maisons de vinyle ou locataires.
  3. Mettre le financement à disposition, sous la forme d’un «fonds de logement urbain pauvre», qui pourrait fonctionner comme un nouvel outil financier souple pour aider les organisations urbaines pauvres à développer ces nouvelles possibilités de nouveaux logements. Le fonds pourrait débuter par un capital d’environ 100 millions de dollars EU (ce qui représente une subvention de logement public de 20 000 x 5 000 USD par unité).
  4. Mettre la terre à la disposition des premiers pilotes de logement. La terre pourrait provenir de propriétaires publics, privés ou d’églises par le gouvernement municipal ou être identifiée et négociée par les citadins pauvres, et elle pourrait être louée ou vendue aux groupes communautaires, avec des prêts du fonds. Si nous visons au moins 10 hectares de terres de toutes ces options, cela pourrait accueillir environ 2 000 familles (dans des maisons en rangée de 2 étages sur des parcelles de 35 à 40 m2).
  5. Que les pauvres des villes et leurs organisations de soutien soient les acteurs clés dans l’initiation et la mise en œuvre de ces nouvelles solutions de logement. Cela comprend la création d’organisations communautaires solides et collectives, l’épargne ou le logement pour bâtir des systèmes de fonds collectifs populaires, l’élaboration de programmes sociaux dans les collectivités pour élaborer des systèmes communautaires pour répondre aux besoins en matière de pauvreté et de bien-être.
  6. Mobiliser les groupes de la société civile et les universités pour soutenir ce processus de développement de nouvelles options de logement pour les pauvres.
  7. Mettre en place des mécanismes communs qui permettent aux citadins pauvres de participer activement à ce développement de logements et qui permettent à la culture de travail du gouvernement d’être plus inclusive et participative.
  8. Faire de ce développement des nouvelles options de logement pour les pauvres un programme politique clair pour Séoul, obtenir tout le monde pour aider – le gouvernement central, les groupes religieux, le secteur privé, les agences internationales, les universités, la société civile, les communautés, les médias.

Quelques Acteurs de la Société civile

 

  • ASIAN COALITION FOR HOUSING RIGHTS : ACHR, âgée de 24 ans, est une coalition de professionnels asiatiques, d’ONG et d’organisations communautaires qui s’engagent à trouver des façons de changer les pays où leur travail est enraciné. Ses propres cultures, sa politique et ses façons de faire. L’expérience collective de tous ces groupes représente une énorme quantité de compréhension et de possibilités – la sagesse du développement propre à l’Asie. Après avoir tissé des liens en 1989, nous avons commencé à explorer des façons d’unir nos forces et de nous soutenir mutuellement grâce à un nombre croissant d’initiatives conjointes: campagnes de droits au logement, missions d’information, programmes de formation et de conseil, visites d’échange, , Des projets visant à promouvoir l’épargne communautaire et les fonds communautaires et la mise à niveau des bidonvilles dans l’ensemble de la ville. http://www.achr.net/countries-de.php?ic=5
  • KOCER : Korea Center for City and Environment Research = Centre coréen pour la recherche sur les villes et l’environnement. Leurs objectifs: Analyser les problèmes urbains, y compris le logement à faible revenu, l’utilisation des sols, l’industrie et la pollution de l’environnement – Développer des alternatives politiques progressistes à ces problèmes – Défendre les mouvements de base en exécutant des programmes pour les dirigeants communautaires et les organisateurs qui travaillent avec les citadins pauvres. Leurs activités: Des recherches sur les logements sociaux et le logement social, les relations de travail et les conditions de vie des travailleurs, la pollution urbaine et les mouvements d’organisations communautaires, etc. – Des programmes de formation ou des ateliers pour les leaders communautaires et les organisateurs qui travaillent avec les citadins pauvres. https://wiser.directory/organization/korea-center-for-city-and-environment-research-kocer/
  • ASIAN BRIDGE : ??? http://www.asianbridge.co.jp/
  • KCHR KOREA : Le processus ACCA en Corée est un accord particulier pour la CADH, puisqu’il est en Corée que la CADH est née il y a vingt ans. Lorsque les énormes expulsions se sont déroulées à Séoul à l’époque, en prévision des Jeux olympiques, la crise a galvanisé le mouvement coréen du droit au logement, attiré le soutien de sympathisants et de professionnels autour de l’Asie et a mené à la naissance de la coalition ACHR. http://www.achr.net/countries-de.php?ic=5

 

Vous aimerez aussi...